• La VRAIE repentance et ses fruits.

     

     

    La VRAIE repentance et ses fruits.

     La repentance est l’une des doctrines fondamentales de la Bible, mais

    c’est aussi l’une des plus mal comprises. Les définitions qu’on en

    donne généralement sont bien étranges et bien erronées.

    Personne n’est prêt à recevoir et à croire l’Évangile à moins d’être prêt

    aussi à se repentir de ses péchés et à s’en détourner. Avant de

    rencontrer Jésus, Jean-Baptiste n’avait qu’un seul discours :

    « Repentez-vous ; car le royaume des cieux est proche. » (Matt. 3, 2.)

    Mais s’il avait continué à répéter cette parole, sans jamais montrer au

    peuple « l’Agneau de Dieu », son oeuvre eût été très imparfaite.

    Quand Jésus parut, il s’empara de la même déclaration :

    « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. » (Matt. 4, 17)

    Et quand Il envoya ses disciples pour prêcher, ce fut avec le même

    message : « Ils prêchèrent qu’on se repentît. » (Marc 6, 12.) Après

    qu’Il eut été glorifié, quand le Saint-Esprit fut envoyé du ciel, nous

    retrouvons Pierre, au jour de la Pentecôte, faisant entendre le même cri

    : « repentez-vous ! » Et ce fut cette prédication – la repentance et la foi

    en l’Évangile – qui produisit de si merveilleux résultats

    (Actes 2, 38, 47)

    Avant que je dise ce qu’est la repentance, j’expliquerai brièvement

    ce qu’elle n’est pas.

    La repentance n’est pas la crainte. Bien des gens confondent ces deux

    choses. Ils s’imaginent qu’ils doivent être alarmés, terrifiés ; ils

    attendent qu’une sorte de frayeur s’empare d’eux. Mais il y a des

    multitudes de gens alarmés qui ne se repentent pas. Que de matelots,

    dans la tempête, crient miséricorde à Dieu, pour recommencer, une

    fois la peur passée, à jurer et à se mal conduire! Ce n’était pas la

    repentance,mais la peur qui les faisait crier.

    La repentance n’est pas non plus une impression. Bien des gens

    s’attendent à éprouver une émotion extraordinaire ; ils voudraient se

    donner à Dieu, mais ils n’osent le faire avant de l’avoir ressentie. À

    Baltimore, je prêchais chaque dimanche à 900 criminels dans la maison

    de force. Il n’y avait pas un seul homme, dans cet auditoire, qui ne se

    sentît misérable ; pendant la première semaine de leur séjour dans la

    prison, ils avaient tous passé la moitié du temps à pleurer. Pourtant, si

    on leur eût donné la liberté, la plupart seraient retournés à leurs

    mauvaises actions. Au fond, ils se sentaient malheureux parce qu’ils

    avaient été pris, voilà tout.

    La repentance n’est pas davantage le jeûne et la macération. Un homme

    peut jeûner pendant des mois et des années, et loin d’abandonner son

    péché, faire de ses pénitences une raison pour persévérer dans le mal.

    La repentance n’est pas le remords. Judas eut des remords, il en eut de

    si terribles qu’ils le poussèrent au suicide : cependant il ne s’était pas

    repenti. Je crois que, s’il fût revenu vers son Maître, S’il se fût jeté à

    ses pieds et lui eût demandé grâce, il eût été pardonné. Au lieu de cela,

    il alla vers les prêtres, puis il se pendit. Toutes les pénitences du monde

    n’impliquent pas la vraie repentance. Souvenez-vous bien que vous ne

    pouvez payer les péchés de votre âme avec les douleurs de votre chair.

    Chassez cette dangereuse et coupable illusion !

    La repentance n’est pas la conviction du péché. Cela peut paraître

    étrange, mais ce n’est que trop vrai. J’ai vu des hommes si

    profondément convaincus de leur péché qu’ils n’en pouvaient dormir,

    ni manger, ni boire. Ils restaient des mois entiers dans cet état, mais ne

    se convertissaient pas.

    Prier n’est pas se repentir. Cela aussi peut paraître étrange, et pourtant

    bien des gens, désireux d’être sauvés, se confient vainement dans leurs

    prières et dans la lecture de la Bible, s’imaginant que cela tient lieu de

    repentance. On peut crier à Dieu et ne s’être point converti.

    Renoncer à un péché particulier, ce n’est pas non plus un indice

    suffisant de repentance. Bien des gens commettent cette erreur. Un

    ivrogne cessera de boire, et s’imaginera être sauvé, mais il se trompe.

    Renoncer à un seul péché, c’est couper une seule branche de l’arbre,

    quand l’arbre tout entier doit être arraché. Supposez que je sois à bord

    d’un navire et que j’y découvre soudain trois ou quatre voies d’eau. Si

    j’en bouche une seule, cela n’empêchera pas le navire de sombrer.

     

    298082_244098238982009_213620955363071_682088_1320421613_n

     

     

    Qu’est-ce donc, me demanderez-vous, que la repentance ?

     Je vous en donnerai la définition en langage militaire : c’est ce que les

    soldats appellent un « demi-tour à droite. » C’est changer absolument

    de direction ; c’est marcher dans le sens opposé à celui que l’on a

    suivi.

    « Retournez-vous, retournez-vous, car pourquoi mourriez-vous ? »

    Peu importe qu’un homme soit heureux ou malheureux dans le péché,

    qu’il en souffre on n’en souffre pas : s’il ne s’en détourne, Dieu ne

    peut lui faire grâce.

    La repentance, c’est un changement d’esprit, ou de détermination.

    Prenons pour exemple cette parabole, racontée par Christ :

    « Un homme avait deux fils : il vint au premier et lui dit : Mon fils, va

    travailler aujourd’hui dans ma vigne. Mais il répondit : « Je n’y veux

    point aller. » (Matt. 21, 28. 29.) Après qu’il eut dit : non, il réfléchit et

    changea d’avis. Peut-être se dit-il : « Je n’ai pas parlé

    respectueusement à mon père. Il m’a demandé d’aller travailler et j’ai

    refusé ; j’ai eu tort »

    Mais supposez qu’il eût ainsi parlé et s’en fût tenu là ; il ne se serait pas

    repenti. Non seulement il demeura convaincu qu’il avait eu tort, mais il

    s’en alla aussitôt aux champs pour labourer. Voilà comment Christ

    Lui-même définit la repentance. Si quelqu’un dit : « Par la grâce de

    Dieu, j’abandonne mon péché et je ferai désormais sa volonté »

    celui-là se repent ; c’est la véritable conversion.

    Peut-on se repentir sur-le-champ ? Certainement Il ne faut pas six mois

    pour changer d’avis. Il y a un moment, dans la vie de tout homme, où

    il peut s’arrêter et dire : « Par la grâce de Dieu, je n’irai pas plus loin

    sur le chemin de la mort éternelle. Je me repens de mes péchés et je

    m’en détourne. » S’il laisse passer ce moment-là, il peut être trop tard.

    N’attendez pas de sentir vivement vos péchés ; si vous êtes convaincus

    d’être dans la mauvaise voie, cela suffit ; détournez-vous aussitôt, c’est

    la vraie repentance, et c’est le salut.

    Tous les exemples de conversions qui se trouvent dans la Bible sont

    des conversions instantanées. La repentance et la foi viennent le plus

    souvent soudainement. Au moment où un homme se décide, Dieu lui

    donne la force ; Il ne lui demande pas de faire l’impossible. À

    l’homme de vouloir, à Dieu de pouvoir. Il ne commanderait pas à «

    tous les hommes de se repentir » s’ils en étaient incapables. Ceux qui

    ne se repentent pas et ne croient pas à l’Évangile ne pourront blâmer

    qu’eux-mêmes.

    La vraie repentance doit porter des fruits. Si nous avons fait tort à

    quelqu’un, nous ne pouvons demander à Dieu de nous pardonner

    avant d’avoir réparé le mal.

    « La brièveté de la vie humainePrépare toi »
    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 11:04

    Bonjour Gilbert

    En Actes 3 v 19 nous dit bien Repentez-vous donc et Convertissez-vous pour que vos péchés soient effacés .

    Le chemin du Royaume commence par une vrais repentance  Amen Amen

    Je te souhaite une agréable journée dans le Seigneur soit bénit frère

     

    1
    Mardi 14 Octobre 2014 à 22:20

    Bonsoir Line,

    Très beau texte, personne ne peut aimer la Parole de Dieu, s’il ne commence pas par se repentir. Se repentir c’est se reconnaître pécheur, prendre conscience que l’on a agi contre la volonté de Dieu, se déclarer coupable devant Dieu et s’engager à ne plus pécher. Mais la repentance c’est aussi s’humilier devant le Seigneur et attester que sans lui nous ne sommes capables de rien. C’est aussi s’engager à produire des fruits dignes de la repentance. Il est écrit quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s'abaisse sera élevé.

    Bonne soirée dans la paix et la joie de notre Seigneur Jésus Christ.

    Gilbert

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :