•  

    La fin viendra soudainement

     

    La fin viendra soudainement

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Quand Dieu tarde à répondre 

    Attendre patiemment que Dieu réponde à notre prière n’est pas toujours une chose que nous aimons faire. De nombreux croyants – tout particulièrement les chrétiens occidentaux, aiment obtenir des réponses instantanées. Notre chair, tout comme la culture qui nous entoure, désire une gratification instantanée. Cependant, Dieu œuvre souvent dans nos vies en différant la réponse.

    Le Seigneur cherche toujours à nous permettre de grandir dans notre foi – en plaçant dans nos vies des choses qui nous apprêtent pour devenir de plus en plus semblable à Christ. Alors, si les réponses aux prières sont immédiates, c’est pour notre bénéfice. De la même façon, nous devons comprendre que Dieu diffère souvent la réponse à notre prière pour notre bénéfice spirituel et physique et pour  la plus grande gloire du Seigneur.

    Un père a amené son fils possédé devant Jésus pour qu’Il le guérisse alors que les disciples n’avaient pas réussi à chasser l’esprit. “Maître, j’ai amené auprès de toi mon fils, qui est possédé d’un esprit muet… J’ai prié tes disciples de chasser l’esprit, et ils n’ont pas pu” (Marc 9:17-18). La foule était mécontente et remettait en cause les disciples à cause de leur incapacité à guérir le garçon. Les disciples ne comprenaient pas pourquoi Dieu ne répondait pas à leur prière pour guérir l’enfant. Finalement, le père de l’enfant était épuisé et désespérait de trouver de l’aider pour son fils bien aimé.

    Le retard de Dieu pour répondre à la prière affectait tout le monde dans cette histoire. Nous avons besoin de comprendre que, lorsque Dieu tarde à répondre à une prière, nous pouvons être certains qu’Il travaille le cœur de tous ceux qui sont touchés par la situation. Peut-être que les disciples se vantaient de pouvoir délivrer cet enfant, non à cause de leur foi mais parce qu’ils présumaient être capables de faire tout ce que Jésus pouvait faire. Et Jésus a répondu à la prière du père qui a cru, même si ce n’était qu’un peu, qu’Il pouvait faire ce que personne d’autre n’avait pu faire : délivrer son fils.

    La Bible nous dit que “Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres” (Jean 8:36). Parfois, cela implique d’être simplement allongé sur le dos, de lever une main et de dire : “Jésus, Fils de Dieu, c’est tout ce que j’ai.” et Jésus répond : “C’est tout ce dont j’ai besoin !”

    Carter Conlon

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    S’approcher de Dieu dans la prière

    S’approcher de Dieu dans la prière

     

    “Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent” (Hébreux 11:6).

    Nous entendons souvent parler du fait que nous devons venir à Dieu avec foi, mais il y a des choses que l’on ne devrait pas faire quand on vient à lui dans la prière. Par exemple : ne vient pas à Dieu en t’attendant à ce qu’Il te fasse du bien, si tu ne viens pas avec une foi dans Ses promesses semblable à celle d’un enfant. La Parole de Dieu est claire : “Mais qu’il la demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre” (Jacques 1:6).

    Bien-aimé, il est impossible de plaire à Dieu sans la foi ! Abraham était un homme qui a développé une foi qui ne vacillait pas en ce que Dieu lui avait promis: “Et, sans faiblir dans la foi… Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu ; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, et ayant la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir” (Romains 4:19-21).

    Ne vient pas à Dieu avec des “et si…” Chaque promesse de Dieu est une révélation de Sa volonté. Prends par exemple, la promesse de Dieu de te “préserver de toute chute et [te] faire paraître devant sa gloire irrépréhensible et dans l’allégresse” (Jude 24). Tu n’as pas à demander si c’est la volonté de Dieu de te garder de tomber alors qu’Il a déjà promis de le faire. En effet, Dieu nous a donné de grandes et précieuses promesses pour que nous puissions apprendre à nous confier en Lui avec audace : “Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin… de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins” (Hébreux 4:16).

    Ne viens pas à Dieu à moins d’être prêt à croire qu’Il pourra faire ce que tu Lui demandes : “ C’est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir” (Marc 11:24). Si tu demandes du pain à Dieu, Il ne te donnera pas une pierre. Si tu Lui demandes un poisson, Il ne te fera pas la surprise de te donner un serpent (voir Matthieu 7:9-10).

    Confie-toi en Dieu pour ta santé, ta situation financière, ta famille, ta croissance spirituelle. Approprie-toi de Ses promesses – elles sont tiennes ! Amen !

    David Wilkerson

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Croire que Dieu pourvoit à tes besoins

     

    Croire que Dieu pourvoit à tes besoins

    De nombreux chrétiens affrontent de gros obstacles dans leur vie : la perte d’un emploi, un mariage stressant, la maladie, des enfants qui combattent la foi. Ils pensent : “Je ne peux pas voir au-delà de cette montagne qui se trouve devant moi. Si je ne remporte pas bientôt la victoire, ce sera fini !”

    Peu importe à quel point les circonstances de ta vie ont l’air désespérées, Dieu se trouve au milieu. Il aime montrer qu’Il prend soin de ceux qui L’aiment et placent leur foi en Lui. Nous en voyons un parfait exemple dans l’histoire d’Élisée et de la pauvre veuve qui était désespérée. A cette époque, si on ne pouvait pas remplir ses obligations, les créditeurs prenaient vos enfants en même temps que vos biens.

    “Une femme… cria à Élisée, en disant : Ton serviteur mon mari est mort, et tu sais que ton serviteur craignait l’Éternel ; or le créancier est venu pour prendre mes deux enfants et en faire ses esclaves” (2 Rois 4:1). Élisée aurait pu la diriger vers le temple pour qu’elle y trouve assistance, mais il s’est senti guidé dans une autre direction. Il allait révéler l’action de Dieu dans la vie de cette femme.

    Celle-ci n’avait plus qu’un peu d’huile dans sa maison et le prophète lui a ordonné : “Va demander au dehors des vases chez tous tes voisins, des vases vides, et n’en demande pas un petit nombre” (4:3). Dans l’Écriture, l’huile représente les bénédictions et la provision de Dieu. Élisée lui a ensuite déclaré : “Quand tu seras rentrée, tu fermeras la porte sur toi et sur tes enfants ; tu verseras dans tous ces vases, et tu mettras de côté ceux qui seront pleins” (4:4).

    La veuve a obéi au prophète et elle a versé l’huile de son vase dans ceux qu’elle avait empruntés, l’un après l’autre, jusqu’à ce qu’ils soient pleins. Il y avait une réserve sans fin d’huile !

    Quand Dieu nous dit qu’Il a ce dont nous avons besoin en réserve, il ne s’agit pas d’une petite quantité. Dieu a tout ce dont nous avons besoin – absolument tout. Les vases de cette histoire représentent notre capacité de foi. Plus nous apportons de “vases” à Dieu, plus Il nous remplit. Cette histoire nous rappelle de lui faire confiance pour nos besoins, qu’ils soient matériels, émotionnels ou spirituels.

    Non seulement les besoins de cette veuve ont-ils été satisfaits, mais elle a été un témoignage puissant de délivrance pour ses voisins. Son histoire peut devenir ton histoire si tu te confies en Dieu pour recevoir Sa provision abondante dans ta vie.

    Gary Wilkerson

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    ♥ AMOUR ♥

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires