•  

     

     

     

     

    La guérison par le pardon

    Derek Prince Ministries

     

    Jésus a été puni afin que nous soyons pardonnés.

    «Heureux l’homme à qui l’Éternel n’impute pas d’iniquité, Et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude.»            (Psaume 32:2)

    Pour recevoir le pardon, nous devons être absolument honnêtes envers Dieu, ne pas couvrir ni excuser nos péchés, ni retenir quoi que ce soit.

     

    En référence à la reconnaissance de sa culpabilité pour avoir commis l’adultère et le meurtre dans l’affaire de Bethsabée, David continue son Psaume:

    «Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, je gémissais toute la journée; car nuit et jour ta main s’appesantissait sur moi, ma vigueur n’était plus que sécheresse, comme celle de l’été. Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité; j’ai dit: J’avouerai mes transgressions à l’Éternel! Et tu as effacé la peine de mon péché.»   (Versets 3–5)

    Comme beaucoup de monde, David avait refusé d’admettre son péché et avait tenté, en le dissimulant, de prétendre qu’il n’avait jamais eu lieu. Cependant, il se sentait constamment comme brûlant de fièvre. Sa «vigueur n’était plus que sécheresse» et ses «os se consumaient.» Le péché non pardonné peut avoir des effets psychiques.

    Un psychiatre m’a raconté cette histoire. Un jour qu’il faisait des visites dans un hôpital, il a vu une femme dont la condition était désespérée. Ses reins avaient cessé de fonctionner, sa peau était décolorée et elle était dans le coma, attendant simplement de mourir. Un jour, le Saint-Esprit le poussa à dire: «Au nom du Seigneur Jésus-Christ, je vous pardonne vos péchés.» Environ une semaine plus tard, il fut abasourdi de voir cette femme marcher dans la rue, complètement guérie. Le péché non pardonné avait causé son délabrement physique. Lorsque ses péchés ont été pardonnés à travers l’intercession de cet homme, son esprit en a été dégagé devant Dieu et elle a été en mesure de recevoir la guérison.

    Merci Jésus d’être mort pour moi sur la croix. Je demande la guérison physique qui découle du pardon et je proclame que Jésus a été puni afin que nous soyons pardonnés. Amen.

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  

    Transportés au Royaume du FILS

     

    Transportés au Royaume du FILS

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    La création de Dieu

     

    La création de Dieu

     
     
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  

    Contre nature

     

    Contre nature

     

    Drame moderne, la crise dite "de la vache folle" a mobilisé les médias. On comprend la colère de ceux qui doivent faire abattre tout leur cheptel. Et le désarroi des consommateurs qui voient une des plus fines viandes porteuse d'une maladie mortelle. A l'origine de ce drame, des vaches herbivores nourries de farines d'origine animale ! La production de lait avait certes augmenté, mais au prix d'une alimentation contre nature.

    Contre nature ! Voilà bien un mot-clé de la société d'aujourd'hui. On pense aux manipulations génétiques sans contrôle, capables de donner naissance à des monstres. On pense d'autre part à l'homosexualité à laquelle se livrent sans honte les hommes comme les femmes (Romains 1, 26 & 27). La Bible dénonce depuis longtemps de telles pratiques.



    L'homme pèche, et la nature souffre, "elle soupire" même après la délivrance (Romains 8, 22). En effet, malgré l'angoisse qu'elle génère, la science est incapable d'arrêter les expériences hasardeuses exigées par la compétition internationale. La crise est vraiment grave, l'être humain a laissé échapper sa dignité, il a perdu le contact avec son Créateur. Pourtant il reste toujours aimé de Dieu, et garde quelque chose de l'image de son Créateur. Nous sommes nés pour vivre en harmonie avec Dieu. Vivre sans lui, n'est-ce pas déjà une vie contre nature ?

    Dans le passé, on craignait les famines et les épidémies. A ces menaces toujours réelles s'ajoutent maintenant celles d'avoir déréglé notre planète. D'où les mouvements écologiques. Des paniques collectives se succèdent : sang contaminé, trou dans la couche d'ozone, déforestation, contamination par l'amiante ... Et rien ne laisse penser que les problèmes vont diminuer.

    Beaucoup aimeraient établir un programme politique mondial pour gérer la terre. Mais la Bible enseigne que, pour le moment, la solution n'est pas collective. Elle est individuelle : Il faut un retour à Dieu. Respecter le Créateur et obéir à ses préceptes de vie, voilà le remède, il est à la portée de chacun. Ajouter foi à sa Parole, la Bible, permet d'éviter aujourd'hui bien des problèmes et des déceptions et donne le droit d'être enfant de Dieu dès la terre et pour le ciel.



    Quelle sera bientôt l'existence dans un monde sans Dieu ? Quel avenir attend ceux qui le méprisent ? Nous ne voulons pas l'imaginer, nous préférons regarder à ce que Dieu offre. Il a fait des promesses de pardon, de paix, de bonheur. Pour en bénéficier, une seule condition : revenir à lui et le croire. Si l'humanité dans son ensemble n'a pas répondu à son invitation, chacun peut y répondre pour soi-même. Non seulement Dieu ne nous oublie pas, mais il attend chacun de nous. Jésus est mort à notre place, il nous tend la main. Cette main, l'avons-nous saisie ?


    Toute la création ensemble soupire et est en travail jusqu'à maintenant. Romains 8, 22

    J'ai effacé comme un nuage épais tes transgressions, et comme une nuée tes péchés : reviens à moi, car je t'ai racheté. Esaïe 44, 22

    Reviens ... car je suis bon, dit l’Éternel ; je ne garderai pas ma colère à toujours. Seulement, reconnais ton iniquité, car tu t'es rebellé contre l'Eternel, ton Dieu, et tu as tourné ça et là ... Jérémie 3, 12 - 13

    Poussez des cris de joie vers l’Éternel, toute la terre ; éclatez d'allégresse, et exultez avec chant de triomphe ... Car il vient pour juger la terre : Il jugera le monde avec justice, et les peuples avec droitures. Psaume 98, 4 & 9

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    LES TRACES DANS LE SABLE

    Une nuit, un homme fit un rêve.
    Il rêva qu'il marchait au bord de la mer en compagnie du Seigneur.
    Sur le fond du ciel, il voyait se dérouler les scènes de sa vie. Il remarquait, dans chaque scène, deux traces parallèles de pas dans le sable.
    L'une était la sienne; l'autre celle du Seigneur.
    À la dernière scène, il se retourna pour voir ces empreintes sur la grève.
    Il s'aperçut alors qu'à divers moments de sa vie, il n'y avait qu'une trace de pas. Et que ces moments de marche solitaire correspondaient aux heures les plus tristes et les plus sombres de sa vie.

    Intrigué, il dit à son compagnon; "Seigneur, tu m'as assuré de toujours marcher à mes côtés si j'acceptais de me joindre à Toi.
    Mais je m'aperçois qu'aux périodes les plus dures de ma vie, il n'y a plus qu'une empreinte dans le sable.
    Pourquoi m'as-tu abandonné au moment où j'avais le plus besoin de Toi?".

    Le Seigneur se tourne alors vers lui et lui répond: "Mon enfant, mon très cher enfant, tu sais que Je t'aime et que je ne saurais t'abandonner.
    Il faut que tu comprennes ceci : si tu ne vois qu'une trace de pas aux moments les plus difficiles de ton existence, c'est qu'alors, tout simplement, Je te portais dans mes bras...

    (A de Barros)

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique